Accueil   saint-germain-de-la-grange en , cliquez pour agrandir
Histoire
page 1
Histoire
page 3
Histoire
page 4

Histoire
page 5



SITUATION HISTORIQUE (page 2)

La Grange provient sûrement de l'existence pendant plusieurs siècles d'un bâtiment destiné à contenir les produits de la dîme qui était un impôt représentant 1/10ème de tout ce qui croissait et naissait au bénéfice des seigneurs et du clergé. Ce privilège donna lieu, dès le Moyen-Age, à de fructueuses transactions, parfois irrégulières, que Charlemagne dénonça. Très répandus dans la région, des fours à chaux de diverses époques ont été installés pour les constructions. Au cours des travaux de l'Espace-Loisirs, trois datant de l'époque mérovingienne (VIe et VIIe siècles) furent découverts. En 1987, un sarcophage de cette époque a été découvert à l'emplacement de l'ancien cimetière derrière la place Mainguet où se trouve le Monument aux Morts de la Commune.


sarcophage mérovingien

Pendant longtemps, le village a été soumis à la tutelle de la féodalité et du clergé. Le roi Philippe-Auguste, sacré à Reims le 1er novembre 1179 à l'âge de 15 ans, mit, vers 1184 la châtellenie de Neaufle dans le domaine royal, sauf Saint-Germain-sous-Neaufle (Sancto germano subtus neaupfle) et Maruel (Mareil). C'est à cette époque qu'il créa de nombreux bailliages. En 1202, SIMON VI de Neauphle-le-Château, alors connétable de France part en croisade pour la Palestine. En 1207. une charte manuscrite, signée de sa main, attribuait la dîme de Saint-Germain à l'abbaye cistercienne des Vaux-de-Cernay. Le fief de Saint-Germain dépendait de la baronnie de Neauphle-le-Château et se trouvait administré par les seigneurs de CHATERON. Ils ont habité le hameau actuel de CHATRON situé sur le point culminant de la commune. Celui-ci offrait la possibilité de voir venir l'ennemi de loin. Il est situé à 1,2km de la Mairie de Neauphle-le-Château, 1km de la Mairie de Villiers-Saint-Frédéric et de celle de Saint-Germain-de-la-grange. Les plus célèbres seigneurs furent : Hugues de CHATERON (1227-1269) et son fils Gautier de CHATERON (1246-1301). On parle d'une vicomtesse de Chateron en 1278 (sans doute l'épouse de Hugonis de CHATERON dont le sceau porte le titre de vicomte) à propos d'une vente de terrains situés entre Plaisir et Neauphle-le-Château. Le roi Louis XI cède, en 1450, la châtellenie de Neauphle-le-Château à François 1er, duc de Bretagne, et se trouve rattachée au comté de Montfort. Charles VIII, le 6 mai 1484, déclare que Saint-Germain de Morainville est réuni au Comté de Montfort. Cela permit à Mathurin de HARVILLE, né en 1459, seigneur de la grange, d'avoir deux fils gouverneurs de Montfort.

Son frère aîné Fiacre était seigneur de Palaiseau et leur grand-père, gouverneur de Dreux et échanson du roi Charles VI, avait été tué à la bataille d'Azincourt le 25 octobre 1415. Le 23 décembre 1553, le bailliage de Neaufle-le-chastel comptait quatre paroisses : Neauphle, Plaisir, Thiverval et Saint-Germain de Morainville ; Plus tard, le baillage de la grange du bois dominait six paroisses : Plaisir, Thiverval, Saint-Germain de Morainville, Neauphle-le-Viels, Elancourt et Jouarre. Les inhumations se faisaient dans le cœur de l'église moyennant finances, car c'était un insigne honneur de pouvoir reposer en terre bénite. En 1556, la baronnie de Neauphle-le-Château ne comptait pas moins de 73 fiefs, cités aussi en date du 12 juin 1637 sous la juridiction du Bailly de Neaufle-le-chastel, dont : 1- le fief et chastel de la grange-au-bois, 2- le fief, seigneurie et chastel de Saint-Germain-de-Morainvilliers, 17- le fief de la Grange, 34- le fief de la Boissière, 57- le fief de la Boissière-sous-Neaufle et 58- le fief de Chateron. En cette même année, Philippe de Harville est seigneur de la grange, écuyer et gouverneur pour le roi devient seigneur de la grange du bois et de Saint-Germain de Morainville. Sa femme, Claude de Rouville, est dame ordinaire de la Reyne. Les armes de sa famille se retrouvent sur le blason de Villiers-Saint-Frédéric.

suite